11. août, 2022

La République tchèque au cœur du futur réseau de trains à grande vitesse en Europe Centrale

La République tchèque va se retrouver à l'avenir au coeur d'un nouvel axe ferroviaire à grande vitesse en Europe centrale, qui, à terme, doit relier Berlin à Vienne et Budapest ainsi que Varsovie à Vienne et Budapest. Les deux projets s'effectuent sous les auspices de la CER (Community of European Railway and Infrastructure Companies) en partenariat avec České dráhy (chemins de fer tchèques).

Par Luc Citrinot -

10 août 2022

La République tchèque se retrouve au coeur d'un futur réseau ferroviaire à grande vitesse reliant Prague à Berlin, Varsovie, Vienne, Bratislava et Budapest (Photo: un train Pendolino des chemins de fer tchèques/Luc Citrinot)

Le train à grande vitesse gagne en soutien en Europe alors que la Commission Européenne souhaite accélérer le développement d’une mobilité intelligente et durable. La commission européenne a ainsi pour objectif de doubler le trafic ferroviaire à grande vitesse d’ici à 2030 et de le tripler d’ici à 2050. Réaliser l’objectif 2030, il faudra augmenter d’au moins 75 % la longueur du réseau actuel à grande vitesse, qui atteint 11 526 km.

Cette perspective a été présentée à la mi-juillet sous la houlette de l’agence du rail tchèque Správa železnic et des chemins de fer tchèques České dráhy (CD). La présentation se déroulait en partenariat avec la CER, Communauté des entreprises ferroviaires et d’infrastructures européennes.

De fait, à de rares exceptions, le réseau actuel de trains à grande vitesse est principalement constitué d' »îlots nationaux à grande vitesse » dans moins de la moitié des États membres de l’UE. Si beaucoup a été fait jusqu’à présent, avec des réussites nationales reliant notamment Paris-Lyon, Milan-Rome, Barcelone-Madrid et Berlin-Munich, il est de plus en plus nécessaire de développer un réseau trans-européen à grande vitesse.

Créer la grande vitesse en Europe centrale

Un projet majeur est ainsi la création d’un réseau de trains à grande vitesse au coeur de l’Europe Centrale. Car pour l’instant, les trains dans cette partie de l’Europe roulent à peine plus rapidement qu’à l’époque du rideau de fer. Ainsi il faut trois heures pour parcourir les 205 km séparant Prague de Brno, seconde ville de Tchèquie. Les 500 km séparant Prague de Budapest s’effectuent en 8 heures tandis que le trajet le plus rapide en train entre Berlin et Vienne (660 km) dure également 8 heures.

Parmi les principaux projets d’infrastructure approuvés notamment par la République Tchèque figurent ainsi deux axes majeurs en Europe Centrale. Le premier doit relier Berlin-Dresde-Prague-Brno-Vienne et Budapest. Le second partirait de Vienne et Budapest pour rallier Bratislava-Brno-Ostrava-Katowice-Varsovie. Outre l’amélioration des liaisons est-ouest et nord-sud, il permettra de relier les principales capitales d’Europe centrale et orientale en deux heures. Une initiative qui se traduira par une réduction de moitié des temps de trajets globaux et rééquilibrera les disparités régionales.

Grâce à la « Via Vindobona » et au projet Rail Baltica, ces futures liaisons à grande vitesse se connecteront également au reste de l’Europe.

Des trains plus rapides en attendant les lignes grande vitesse

Durant la conférence, Martin Kupka, ministre tchèque des transports, a souligné: « Le train à grande vitesse représente l’avenir des voyages en Europe. C’est pourquoi le développement des lignes à grande vitesse est l’une de nos principales priorités en matière de transport pendant la présidence tchèque du Conseil de l’Union européenne. Nous devons surmonter les « îlots nationaux à grande vitesse » et construire un véritable réseau paneuropéen de connexions à grande vitesse. À cet égard, la connexion la plus importante dans la région d’Europe centrale, la « Via Vindobona », permettra des déplacements rapides et pratiques entre les capitales d’Europe centrale que sont Prague, Berlin et Vienne… »

L’objectif est de parvenir à faire de cet axe une réalité d’ici le milieu de la prochaine décennie. L’an dernier, la République tchèque, l’Allemagne et l’Autriche ont signé un accord visant à mettre en place des trains Berlin-Prague-Vienne beaucoup plus rapides qui mettraient de fait Berlin à seulement 4h05 de Vienne (2 h Berlin-Prague et 2 h 5 min Prague-Vienne).

ČD a ainsi commandé cette année une flotte de 20 convois ferroviaires équipées de 9 voitures. Ces futurs trains seront capables de rouler à 230km/h. L’investissement représente près de 500 millions d’euros. Ils devraient être mis en service entre 2024 et 2026. Le gouvernement tchèque prévoit ainsi d’offrir des liaisons rapides entre Prague et Brno dès 2027.