26. août, 2022

Uber s'attaque à la vente de billets de train et de bus, bientôt face à SNCF Connect ?

04 août 2022 à 13h10

Le géant Uber poursuit son exercice de diversification. Il est en train de tester une nouvelle offre de voyage pas très loin de la France, au Royaume-Uni.

L'Américain Uber a atteint un nouveau record de chauffeurs et livreurs opérant pour son compte, même si ces derniers sont souvent dans la précarité et pris par des commissions et un tarif du carburant monstres. Pour autant, il ne perd pas de vue sa volonté de diversifier davantage ses activités. TechCrunch nous apprend en effet que l'entreprise teste un système de réservation de billets et trajets en train et bus, au Royaume-Uni.

Uber veut multiplier les options de voyage sur son application

Les tests sont menés outre-Manche grâce à un partenariat avec une start-up allemande, Omio, qui a déjà levé des dizaines de millions d'euros et qui fait la promesse de vous proposer « toutes vos options de voyage en un seul endroit ». Air France et la SNCF, pour citer les compagnies françaises, font parties des partenaires de cette entreprise peut-être destinée un jour à devenir un incontournable pour les voyageurs.

Concernant Uber, la firme américaine s'est dit ravie de lancer, cet été, sa nouvelle offre de voyage, « permettant une expérience de voyage porte-à-porte transparente à travers le Royaume-Uni », avec la possibilité de réserver un voyage en train ou en autocar directement depuis son application.

La force de ce partenariat résulte dans la puissance de l'outil Omio, qui couvre plus de 1 000 fournisseurs de transport dans 37 pays du globe. Outre Air France et la SNCF, on retrouve les sociétés Delta, easyJet, AMTRAK, Ryanair, Renfe, Greyhound ou encore Eurolines. En plus du train et du bus, Omio propose aussi des voyages en avion et en ferry, même s'ils restent secondaires aujourd'hui dans ses offres.

Une commission pour chaque billet de train ou de bus réservé

Là où Uber frappe fort, c'est en devenant le premier partenaire à avoir un accès complet au catalogue de transport terrestre. Le site de voyage Kayak, partenaire d'Omio, n'a par exemple pas ce luxe. En des termes plus techniques, Uber devient le premier à avoir accès à l'API de billetterie d'Omio. Il s'agit ici d'un réel avantage qui, à terme, pourrait faire mal à des services comme SNCF Connect si Uber décide d'étendre sa nouvelle fonctionnalité à d'autres pays. D'ailleurs, comment va-t-elle fonctionner ?

Vous l'aurez compris donc, Uber peut, grâce à ce partenariat, proposer directement sur son application les voyages en train et en autocar aux utilisateurs britanniques. En échange, Omio percevra une commission sur chaque voyage réservé via l'appli Uber qui, de son côté, prélèvera une partie de cette commission, dont le pourcentage et le montant n'ont pas été divulgués.

Omio compte évidemment sur la puissance d'Uber pour accélérer sa pénétration du marché britannique, et plus si affinités. Dans un premier temps, la fonctionnalité de transport terrestre sera intégrée étape par étape, pour une intégration complète prévue dans les prochains mois.