14. oct., 2022

Vers plus de trains entre Nancy et Lyon ? La Région Grand Est met la pression à la SNCF

Un unique train quotidien assure le trajet entre Nancy et Lyon. C'est trop peu pour la région Grand Est, qui demande la mise en place de Trains d'équilibre du territoire (TET).

Seulement un aller-retour quotidien assure la liaison entre Nancy et Lyon, trop peu pour la Région qui demande la mise en place de trains express régionaux. (©Nicolas Zaugra/ Lorraine Actu)

Il faut s’armer de patience pour rejoindre Lyon depuis Nancy. Aujourd’hui, seulement un aller-retour quotidien assure la liaison. Un trajet de près de 5h30 avec un horaire unique qui s’impose aux voyageurs.  

L’autre option est bien connue des Nancéiens : il faut se rendre à Paris pour ensuite faire le trajet Paris-Lyon (2h en TGV). C’en est trop pour la région Grand Est, qui demande la mise en place de trois allers-retours quotidiens via des TET (Trains d’équilibre du territoire). 

Les 2 allers-retours TGV quotidiens passés à la trappe 

Pour compenser, la Région avait repris à son compte la liaison entre Nancy et Dijon en 2019, avec une fréquence de deux allers-retours par jour. 

Jusqu’en 2018, des TGV assuraient deux allers-retours quotidiens reliant la Lorraine au Sud de la France. Interrompues par plusieurs phases de travaux sur le nœud ferroviaire lyonnais, ces liaisons devaient reprendre du service à la fin du chantier. 

Arrivés en gare de Dijon, les passagers pouvaient alors prendre une correspondance pour Montpellier, Lyon et Marseille.

Mais alors que cette solution était temporaire, la SNCF a indiqué qu’elle n’avait plus l’intention de remettre en service la ligne de TGV reliant Nancy à Lyon.

« Un territoire abandonné par les TGV »

Alors, la Région a poussé pour demander la mise en place de TET. Un projet de desserte a été pensé avec comme ambition trois allers-retours quotidiens vers Dijon et au-delà. 

Mais il semblerait que cette offre ne voit pas le jour avant 2026, voire 2027. « Un délai bien trop long aux yeux de la Région mais aussi pour tout un territoire abandonné par le départ des TGV », indique la Région Grand Est dans un communiqué. 

La nécessité d’une ouverture vers le Sud

La collectivité en appelle désormais au ministère des Transports pour que cette offre TET dans le Grand Est puisse voir rapidement le jour.

Un objectif : que la SNCF « priorise enfin ce projet afin que ses habitants puissent à nouveau bénéficier d’une ouverture vers le Sud », explique la Région.