15. oct., 2022

LGV Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax : le projet a désormais son patron

Par Benoît Lasserre

La société du Grand Projet du Sud Ouest a nommé ce jeudi son directeur. Sans surprise, il s’agit de Guy Kauffmann, impliqué depuis plusieurs années dans le dossier. La mise en service de la ligne Bordeaux-Toulouse reste prévue en 2032

Présidé par Carole Delga, présidente d’Occitanie, le conseil de surveillance de la société du GPSO (Grand Projet ferroviaire Sud-Ouest) s’est réuni ce jeudi à Toulouse, en présence d’Alain Rousset, le président de Nouvelle-Aquitaine et d’Étienne Guyot, préfet de la région Occitanie et coordonnateur du projet qui consiste à relier Bordeaux à Toulouse et Bordeaux à Dax par des lignes à grande vitesse. Ce conseil de surveillance réunit les 25 collectivités territoriales qui participent, à hauteur de 40 %, au financement du projet, ainsi que SNCF Réseau et SNCF Gares et Connexions.

Opposant au projet de ligne à grande vitesse de Bordeaux vers Toulouse et Dax, le sénateur girondin Hervé Gillé a interpellé le ministre des Transports Clément Beaune

L’un des sujets à l’ordre du jour était la nomination du président du directoire de la société du GPSO. Sans surprise, il s’agit de Guy Kauffman, ingénieur général des Ponts, des eaux et des forêts, qui occupait la fonction de directeur du projet des LGV Sud-Ouest auprès du préfet Guyot. Avant ce poste, Guy Kauffmann a été directeur général des services du département du Val-d’Oise pendant 10 ans, et a géré les budgets des ministères de l’environnement et de l’agriculture à la direction du budget du ministère des finances. Il a également enseigné pendant sept ans, jusqu’en 2021, la gestion financière des collectivités locales au sein de la chaire d’économie urbaine de l’Essec.

Les élus du Sud-Gironde ont organisé un rassemblement à Langon, contre le projet de lignes à grande vitesse (Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax) ce samedi 1er octobre. Des associations issues de tout le Sud-Ouest ont rejoint le cortège

Prévu pour 2032

Le conseil de surveillance a par ailleurs approuvé trois conventions financières qui seront signées entre l’État, l’agence de financement des infrastructures de transport de France (AFITF), la société du GPSO, SNCF Réseau et SNCF Gares et Connexions pour un montant total de 67,474 millions d’euros. L’objectif du Conseil de surveillance reste un début des travaux en 2023 pour une mise en service de la ligne Bordeaux-Toulouse en 2032.