28. oct., 2022

Non, la SNCF ne supprimera pas 140 trains dans la région Hauts-de-France

La SNCF annule son plan de transport adapté dans les Hauts-de-France. Pourtant, la compagnie avait prévu de supprimer 140 trains dans la région. Explications.

C’est une victoire pour les usagers de la SNCF. La compagnie ferroviaire avait annoncé la mise en place d’un plan de transport adapté pour la région Hauts-de-France qui comprenait la suppression de 140 TER sur 1 500 environ dans les cinq départements dès la fin du mois d’octobre. Sauf que jeudi 19 octobre, la situation a changé. La SNCF a décidé d’annuler cette décision.

Entre l’annonce du plan et son abandon, il y a eu quelques épisodes de pressions pour obliger l’entreprise publique à renoncer. D’abord, les réactions des usagers étaient virulentes en gare : « c’est difficile pour nous d’absorber le mécontentement des voyageurs », témoigne un agent en gare, « je représente la SNCF, mais je ne savais pas quoi répondre, je les comprenais ».

Sur les réseaux sociaux, les usagers se sont aussi activés. Une pétition a été créée sur le site change.org par un enseignant en début de semaine. Celle-ci s’opposait à la suppression des 140 TER chaque jour. Malgré l’annonce de la SNCF du retrait du plan de transport, « la pétition est maintenue », explique Michel Magniez, créateur de la pétition qui a récolté environ 6000 signatures au 20 octobre.

Une pétition qui a fonctionné

« Nous devons cependant rester très vigilants, car le grave manque de conducteurs subsiste. Nous n’avons que très peu de visibilité sur les prochaines semaines et les prochains mois », insiste-t-il.

Il manque 65 conducteurs

La région impuissante

Une soixantaine de conducteurs manquent à l’appel pour conduire l’ensemble des TER dans la région Hauts-de-France. Les difficultés vont continuer sur le long terme pour les usagers, il faut en moyenne un an pour former celui ou celle qui transportera plusieurs milliers de passagers sur leur lieu de travail ou de loisir.

« On ne pouvait pas accepter des choses pareilles », s’exclame Franck Dhersin, vice-président en charge des mobilités à la Région. Comme les signataires de la pétition, qu’il a vivement partagée, il ne croit pas à l’amélioration immédiate du réseau SNCF dans les Hauts-de-France malgré le renoncement de la compagnie à supprimer les 140 trains.

« Tous les jours, ils supprimeront entre 55 et 85 trains au minimum. Cela pourra monter jusqu’à 110 ou 120 chaque jour », estime-t-il, alors que cette situation tendue s’observe déjà depuis plusieurs mois. « Ils n’ont pas embauché depuis plus de 5 ans et on le paye aujourd’hui », ajoute le vice-président de la Région, qui verse 1,4 million d’euros par jour à la SNCF.