5. nov., 2022

Avec Ouigoswap, la SNCF permet désormais la revente de billets Ouigo

L'entreprise ferroviaire a discrètement lancé un service qui permet aux voyageurs de libérer leur place sur un train Ouigo. Les billets sont proposés à la vente aux personnes en recherche d'une place sur un train complet. Si sa place est achetée, le revendeur obtient une compensation en bon à hauteur de 80 % du prix d'achat.

Par Les Echos

Publié le 5 nov. 2022 à 9:45

Lancé avec discrétion en juillet avec la start-up Frayline, Ouigoswap permet aux voyageurs de revendre leur billet Ouigo à un autre passager. Le dispositif initialement destiné aux trains grande vitesse a été élargi en septembre aux « Ouigo train classique », des trains moins chers mais plus lents.

« Nouveau : libérez votre place si vous ne voyagez plus ! » C'est dans un mail, envoyé lundi 31 octobre, que la plupart des utilisateurs de la SNCF ont découvert l'existence du dernier service proposé par l'entreprise ferroviaire.

Pour revendre leur billet, les clients titulaires d'un billet doivent se rendre sur le site ou l'application Ouigo. Ils ont alors la possibilité de choisir le billet « à libérer » dans l'onglet « mes réservations » et d'opter pour l'option « libérer ma place ». Le billet sera proposé à la vente jusqu'à trente minutes avant le départ du train.

Si le billet est revendu, le revendeur obtient une compensation sous forme de bon, à hauteur de 80 % du prix d'achat. S'ils ne trouvent pas preneur en revanche, aucune compensation n'est prévue.

Plus-value potentielle

En symétrique, les personnes souhaitant réserver un voyage dans Ouigo complet ont la possibilité de se placer sur « liste d'attente » jusqu'à la veille du départ 23h59, en espérant un éventuel désistement. Si un siège se libère, ils reçoivent un email et une notification. « Ce n'est pas du surbooking. Si un acheteur est inscrit mais qu'il n'y a pas de vendeur, il n'aura pas de place », explique SNCF Voyageurs au « Parisien ». A date, 100.000 personnes, acheteurs et vendeurs confondus, se sont inscrites, indique le quotidien. Le nombre de billets revendus demeure inconnu.

Ce dispositif répond à plusieurs besoins rencontrés par la SNCF. Tout d'abord, « 10 % de nos clients changent d'avis alors que d'autres cherchent une place », expliquait en juillet Alain Krakovitch, le directeur de TGV-Intercités. Mais le dispositif permet potentiellement à la SNCF de faire une plus-value importante.

Depuis hier, vous pouvez échanger vos billets @OUIGO.

10% de nos clients changent d'avis alors que d'autres cherchent une place inscrivez vous sur OUIGO pour proposer votre billet à un client qui s'est mis sur liste d'attente. Vs récupérerez 80% du coût et ferez un heureux

Car personne ne sait à combien le billet est revendu. La SNCF assure l'afficher au prix du moment, sans donner plus de précision. Il peut donc potentiellement être revendu plus cher que le tarif initial. Car à mesure que le train se remplit, l'algorithme fait grimper les prix. En plus de cela, l'entreprise ferroviaire garde 20 % du premier achat.

« Sur le principe, nous trouvons le système utile puisque cela assouplit les conditions d'utilisation », explique au « Parisien » Jean Lenoir, vice-président de la Fédération nationale des associations d'usagers des transports (Fnaut). Mais dans les faits, « tout cela est flou », estime-t-il.